Pixel Nubium

Je cristallise l'éphémère pour m'enivrer de sa fragrance

Menu Close

VERNISSAGE 17 mai 2024 / J-1

La vie est remplie de belles surprises ! Mon ami Olivier Monier, propriétaire d’une très belle galerie d’art m’a proposé de m’offrir l’occasion d’exposer mon travail photographique.

Je n’ai pas pu résister à son offre et j’ai le plaisir de vous présenter ma dernière série de photographies prises à l’occasion d’un voyage inoubliable dans le désert de Djanet en Algérie en février de cette année.

En visionnant les nombreuses photographies prises sur place, je ne savais pas encore comment créer une série qui se voulait originale. Tout en travaillant sur le projet, une idée m’est venue de créer une série en noir et blanc et en format carré uniquement.

– Le noir et blanc pour sortir des très nombreuses photos couleurs vues sur internet et pour apporter une ambiance délibérément ‘sombre’ en contradiction avec la lumière du désert et comme le précise ma belle fille Amel en résonnance aussi avec notre région connue sous l’appellation du « Pays Noir de Charleroi ».

– Le format carré que je privilégie de plus en plus tant ce ratio me plait pour l’avoir découvert par des photos que j’ai pu prendre sur un appareil moyen format 6×6.

Conscient que cette approche peu habituelle risque de surprendre voire décevoir, ma volonté était de partager ma sensibilité artistique.

Très heureux de pouvoir (re)vivre une nouvelle expérience par cette exposition, j’espère que – vous aussi – vous emporterez quelques belles sensations après avoir découvert le désert sous un autre angle

J’ai craqué…

Malheur à Facebook 🙂

Depuis quelque temps, je recevais des publications sur des appareils photo ‘vintage’ et le modèle Rollei 35 S est apparu de plus en plus.

Ce modèle très design a suscité ma curiosité et je me suis dit que ce serait bien de remonter dans le temps pour prendre des photos argentiques…

Cet appareil est intéressant à plus d’un titre. Le critère qui me parlait le plus c’est qu’il n’y pas d’électronique à l’exception d’une petite jauge qui vous dit quand les réglages sont bons. Mais comme il ne fonctionne pas sur le mien, je peux considérer qu’il est entièrement mécanique.


Et c’est ce qui me plait, l’idée de prendre des photos avec un appareil aussi petit (le plus petit du monde avec des films 24/36) sans électronique.

Lubitel 2

Mais de quoi parle-t-il ?

Mais d’un appareil argentique moyen format fabriqué en Russie à partir de 1949 !

Petit descriptif sur wikipedia pour les curieux : cliquez sur le lien : Lomo-Lubitel 2

Voici à quoi cet appareil argentique ressemble :

Alors, il n’est pas beau ? Avouez qu’il a plein de charme….

Pour vous en convaincre, une vidéeo de Nicolas Petit qui a crée sa chaîne de photographie sur Youtube.

Figurez-vous que cet appareil trône dans mon bureau depuis quelques années sans me rendre compte que je pouvais encore l’utiliser de nos jours.

Je fais une parenthèse pour remercier Lucie de ce don généreux.

Dans la foulée de mon précédent article, je vais donc m’empresser de le tester pendant mon séjour à l’étranger.

Je vais aussi pouvoir utiliser mon set-up studio mobile avec lui. J’ai hâte de me lancer dans cette deuxième machine à remonter le temps.

J’ai résolu l’énigme de la machine à remonter le temps

Depuis longtemps, l’idée de prendre des photos avec un appareil argentique moyen format me titillait.

J’ai craqué en 2019, et j’ai acheté un appareil de marque Kiev modèle 88. Pour les curieux, je vous invite à prendre connaissance de la genèse de cet appareil sur Wikipédia.

Je dois avouer que mon idée était de pouvoir l’utiliser en studio pour prendre de beaux portraits noir et blanc en utilisant un film argentique de 400 Asa.

Cette envie s’est confirmée en visualisant la vidéo de la chaîne Youtube de Sébastien Roignant : F1.4 – A pleine Ouverture qui montre combien le photographe talentueux est pris de passion.

Cliquez sur le lien pour découvrir la vidéo : « Shooting à la chambre photographique avec Jérémie Mazenq »

Et puis comme souvent, l’appareil est resté enfermé dans une armoire.

Oui par manque de temps ou surtout par manque de courage de vouloir prendre un peu de temps pour la photographie.

Mais pour être honnête avec vous,  je pense que ce qui ne me donnait pas envie de sortir mon appareil argentique était lié à une inconnue !!!!

Oui, je n’arrivais pas à trouver la possibilité de relier mon Kiev 88 fabriqué dans les années 60 et mon flash wireless Profoto récemment acheté.

Comment relier ces deux univers totalement opposés ?

D’une part un appareil photo argentique démuni de toute technologie car réduit à sa plus simple expression puisque tout, absolument tout, est mécanique et d’autre part un flash incroyablement puissant tenant dans la main et pouvant être actionné par un émetteur à distance sans fil.

Avouez que c’est une belle énigme que je devais résoudre avant de me lancer dans mon projet photographique.

Désespéré de ne pas trouver la solution malgré mes nombreuses recherches sur internet, j’ai fini par fanchir la porte du magasin Campion à Bruxelles.

Au début le vendeur ne trouvait pas la solution et puis tout d’un coup il est revenu avec un petit accessoire qui a comblé le vide entre les deux mondes.

La magie a opéré et ce petit accessoire de 10 euro m’a permis de remonter dans le temps et je me sens tout excité de commencer mon projet photographique puisque je dispose à présent de tous les outils pour faire déclencher mon flash à distance à partir de mon appareil moyen format de 1957…..

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais l’idée de ‘marier’ deux objets totalement opposés me fascine !

Il me reste à brancher le câble synchro sur le Kiev88, à brancher mon émetteur Profoto Air TTL sur l’adaptateur du câble synchro et à insérer le flash dans le Clic Softbox Octa de Profoto.

 

Voici comment se présente mon set-up :

Donc,

Mon set-up est la combinaison des deux vidéos. Solution ultra portable.

Allez, encore un peu de patience, j’espère revenir avec des photos convaincantes.

Deux belles découvertes en une fois

Vendredi soir.

Epuisé par une semaine professionnelle intense, ma compagne me propose d’aller au vernissage d’une artiste photographe.

Comment résister à cette invitation qui nous fera beaucoup de bien.

Effectivement, nous avons découvert à la fois un lieux magique et une artiste talentueuse.

Un endroit magique qui n’est autre que le QG des Artistes.

Lieu dédié à l’art sous toutes ses forme même si la photographie est l’activité de prédilection.

Doté de matériel pour le développement argentique et couleur, d’un studio photo avec tout le matériel d’éclairage rêvé, cet endroit a tout tout pour passer un excellent moment.

Ce lieu est en plus doté d’une belle galerie qui permet de mettre en évidence le travail des artistes.

Et ce soir, pour la journée mondiale de la photographie, c’est la photographe Stéphanie Moris qui est mise à l’honneur.

J’avoue que je ne connaissais pas du tout cette photographe.

Ses oeuvres nous ont tout de suite plues par son approche originale basée sur l’abstraction poussée à l’extrême.

A chacun de se projeter dans son imaginaire et de choisir ce qu’il a envie de voir et/ou de ressentir.

Pour ma part, j’ai craqué pour l’oeuvre :  « Milles Lumières ».

Je vous invite à découvrir son oeuvre sur son site : https://stephaniemoris.com

Et je vous invite à découvrir le QG des Artistes sans tarder sur leur page Facebook : https://www.facebook.com/leqgdesartistes